Photo
Et voici que je me laisse aller à vous dévoiler quelques miennes peintures entoilées.
Quand les mots ne suffisent plus, ou se cachent en de subtils horizons lointains, il me sied de jouer à l'apprenti sourcier.
Alors, je puise aux couleurs de mon temps, la lente agonie d'une expression libre, qui conduit vers de douces surprises et m'étonne chaque fois un peu plus..
Puissiez-vous y poser vos yeux aimables, et peut-être partager quelques émotions.

 
 
Je n'ai rien oublié de toi.
Ni la douceur de tes parfums emportés par le vent,
ni ta beauté se jouant de la course du temps.
Je n'ai rien oublié...
Me pardonneras-tu de m'être à nouveau éloigné ?
Ô, ma fidèle accueillante en ta couche édénique,
quand me noierais-je derechef à ta source,
dans l'absolue joliesse dont les dieux t'ont paré,
sous ta coupole céleste où j'aime m'assoupir ?

Suite :

La Bretagne est une île en mon âme, où j'aime me ressourcer et me perdre. Je suis, peut-être, son plus infidèle serviteur, mais elle me pardonne chaque fois, comme elle pardonne toujours à ceux qui savent ne pas oublier, et la visite sans cesse en songes.