Poétisons gaillards notre mièvre semence
Bucolique latrine à l'alément fécond
Faisons saillir nos vers fournissons la pitance
Il nous faut aux regards offrir un gueuleton...

Suite

Ce poème m'ayant valut quelques amicales remarques pertinentes et moult questionnements sur de possibles erreurs, je vous en offre les clefs poétiques :

« Alément » est un nom masculin (certes très rare).
Définition :
[Acadie] [Familier] Comportement, caractère d’une personne.

Elle a un mauvais alément. Elle a pris un mauvais alément.


Pour « latrineS », je me suis permis de singulariser l'endroit dans un but que je vous laisse d'évidence, découvrir.


Bonne découverte, et bonne lecture.
 
 
Je me souviens de ces heures où nous collions des sourires à nos yeux
Où seuls nous caressions les étoiles d'un revers de manche malicieux...

Suite

Un voyage à rebours, qui naquit d'un défi avec un ami musicien, à qui je souhaitais, malicieusement, donner du fil à retordre en lui imposant la contrainte des 17 pieds.
Le résultat fut magnifique, et le défi largement relevé.
Je l'écoute encore et ne m'en lasse.
Peut-être partagerais-je cette chanson un jour, ici même ?

 
 
Je promène enfin mon décalage temporel, sur ta rive belle au petit matin...
Suite

Cet acrostiche est un clin d’œil aux amis Québécois, croisés lors de voyages, tout comme sur la toile. Qu'il est bon, en de simples mots, de partager notre francophonie !
Salutation chaleureuse à André et aux amis de l'épervier, dont vous trouverez le forum ici : " l'Épervier, le plaisir des mots "

 
 
Fable contemporaine et comptant pour rien.
Connaissez-vous l’histoire du lapin et du renard ?
Tous deux étaient copains comme larrons en foire.
..
Suite

Une petite blague en forme de fable (à moins que ce ne soit le contraire), qui fut créée pour être chantée et dansée. (Rond de Saint Vincent)
Puissiez-vous y trouver un certain amusement.

;-)
 
 
Effeuillant du doigt des pages d'alcool,
Où déjà ma mémoire s'envole
Ô genèse, tu me dis qu'à la fin
Je suis las de ce monde ancien...

Suite

À la lecture d'Alcools de Guillaume Apollinaire, m'est venu cette drôle d'idée d'écrire ce texte qui devint une chanson, en puisant au gré des poésies quelques phrases par-ci, par-là, quelques titres aussi, pour en faire une sorte de clin d’œil à cet ouvrage et son auteur que je ne me lasse de lire.
Saurez-vous les retrouver ?
J'essaierais, humblement, de vous faire partager cette chanson, prochainement.
 
 
C'est ici que je vous invite, en toute simplicité, à venir déposer vos mots, vos remarques et autres avis. Je me ferais fort de vous répondre le plus diligemment possible, tout en considérant mon goût exacerbé pour la procrastination.
Au plaisir d'échanger.

Olivier.